logo a petits pas

Les différents « psys » …

Il n’est pas très facile de faire la distinction entre les différents « psys » pourtant nous ne faisons pas tous le même travail. Voici leurs spécificités.

Le Psychologue

Le psychologue a suivi un cursus universitaire de cinq ans en psychologie (Master 2) ou a obtenu le diplôme de l’École de Psychologues Praticiens. Il existe plusieurs diplômes spécialisés : enfant, gériatrie, sportif, neurologie, …

Il est formé à l’utilisation des tests d’intelligence et de personnalité. Cette formation est centrée sur la compréhension du comportement humain. Il a une connaissance approfondie des maladies psychiques. Il aide au diagnostic par sa maîtrise des tests psychologiques. Il est formé à l’entretien clinique, à l’écoute et au soutien. L’éthique et la déontologie font partie intégrante de son métier.

Le code de déontologie reprend toutes les compétences que le psychologue doit avoir acquises, les obligations morales liées à l’exercice de sa profession, ses devoirs dont principalement le respect de la personne. Il est également tenu, comme tous les praticiens, au secret professionnel.

Le psychologue scolaire est un enseignant qui a exercé pendant 3 ans, qui est détenteur d’une licence de psychologie et qui a passé le DEPS (diplôme d’état de psychologue scolaire en un an). Le psychologue scolaire apporte son expertise au sein de l’équipe enseignante de l’école. Il contribue à l’observation des élèves identifiés par l’enseignant de la classe, à l’analyse de leurs compétences et des difficultés qu’ils rencontrent et à la définition des aides nécessaires. Il aide au repérage des élèves en situation de handicap et à la réalisation des projets personnalisés de scolarisation. (Sources : www.eduscol.education.fr)

Le Psychiatre

Il se différencie des autres praticiens dans la mesure où il est médecin.

A l’issue de sa formation de base, il fait quatre années de spécialisation en psychiatrie. Il possède une connaissance approfondie du cerveau, du système nerveux et des maladies mentales. Il est habilité à évaluer la santé mentale du patient et poser si nécessaire un diagnostic (comme le psychologue) afin de donner un traitement approprié et décider d’une éventuelle hospitalisation. Il est le seul « psy » habilité à prescrire des médicaments. Il est remboursé par la sécurité sociale.

Le Psychanalyste

Les principaux courants psychanalytiques sont Freudien, Lacanien ou Jungien. Le psychanalyste a nécessairement fait sur lui-même un travail approfondi dans ce sens, complété par une période d’une ou deux années de pratique supervisée.

Il est le plus souvent membre d’une société de psychanalyse, car c’est seulement à cette condition qu’il peut désormais pratiquer légalement la psychothérapie. Il n’y a jamais eu de reconnaissance officielle du statut de psychanalyste dans aucun pays. Il convient d’être vigilant sur la qualité de la personne (soit psychologue, soit psychiatre, soit membre d’une société psychanalytique reconnue (SPP, SFP, ELP, Cause freudienne, API, etc…).

Le Psychothérapeute

Le titre de psychothérapeute n’est réglementé que depuis peu en France. Avant n’importe qui pouvait se dire psychothérapeute. La loi française a décidé qu’étaient psychothérapeutes tous les psychologues et les médecins. Le psychothérapeute est spécialisé dans l’aide à autrui en adoptant une méthode déterminée (psychanalyse, thérapie comportementale, familiale…).

Il peut être cependant prudent de s’informer sur la formation d’une personne qui s’affiche comme psychothérapeute avant d’avoir recours à ses services. Une règle de base est de s’assurer qu’il s’agit d’un professionnel, ayant reçu une formation adéquate, possédant un code de déontologie et s’étant engagé à respecter des règles d’éthiques.

Les titres de « psychiatre » et de « psychologue » sont protégés par la loi, ce sont des diplômes d’état qui valident un corpus de connaissances théoriques et pratiques. De nombreux psychologues et psychiatres ont en parallèle acquis des techniques de psychothérapie ou de psychanalyse. Ils ont ainsi une double compétence. En ne consultant qu’un psychologue ou un psychiatre, vous limitez les risques de vous retrouver pris dans des thérapies parfois douteuses et vous vous assurez les services d’une personne réellement formée.